Quelques conseils de jeu

Évitez de créer un personnage vraiment solitaire car il aura du mal à fonctionner dans la dynamique de ces règles : avec le système Shelley, il n’y a pas de maître du jeu pour forcer l’intégration. Bien sûr, cela pourrait être fait par le MS, mais en tout début de chronique, ce dernier n’osera peut-être pas ou hésitera à « forcer » un autre personnage.
Une façon de détourner le souci est de créer un solitaire qui serait tout de même lié à une personne, laquelle se montrerait plus sociable et l’inclurait de fait dans le groupe. Mais même ainsi, ledit solitaire aurait intérêt à se montrer un peu courtois – sinon, encore une fois, pourquoi avoir choisi de jouer en groupe ?

Au tout début de l’aventure, prenez un temps pour décrire physiquement votre personnage aux autres joueurs.
S’il s’agit de votre toute première aventure ensemble et que vous vous rencontrez durant le scénario, prenez un temps au moment de la rencontre pour faire un petit topo sur votre apparence. Cela évitera peut-être à certain-e de crocheter une porte devant un gars en uniforme… 😉

Quand vous abordez une scène, première étape : vous la lisez ; seconde étape : vous vous demandez « qui joue qui » ?
Quand votre personnage est peu actif dans une scène, ou quand vous devinez qu’il n’aura pas grand-chose à y faire, vous pouvez vous porter volontaire pour incarner un personnage secondaire afin d’avoir un moment de jeu quand même.

Évitez de tergiverser longtemps en disant : « On pourrait faire ceci et cela », mais faites-le plutôt ! Même si les actions en jeu n’ont servi à rien, cela compte quand même comme des actes dans l’histoire, une potentielle interaction entre vos personnages et cela évite d’hésiter des heures et de se sortir de l’univers du jeu pour chercher entre joueurs la meilleure solution.
Laissez vos personnages en discuter et agir !  🙂

Pour vos premières aventures, commencez-les de la façon la plus simple. On tâtonne toujours un peu au début, c’est normal. Puis rajoutez le concept du Mary Shelley et / ou l’ambiance « on raconte nos aventures autour d’un verre » quand vous aurez assimilé le principe narratif, sachant que l’idéal est au final d’intégrer les deux – le Shelley et le verre – au jeu.

Essayez de vraiment vous projeter dans la scène. Par exemple, dans le scénario Suivez le lapin blanc! , lors du combat final, les gaz que diffuse l’ennemi ainsi que la potentielle fumée des armes et des torches font que, dans un endroit aussi confiné, les personnages peuvent avoir des soucis pour respirer.
Visualiser une scène, son décor, ses éléments vivants ou non, les accessoires, etc., vous permettra de réellement la « dramatiser » et d’offrir à votre personnage des moments de grande intensité.