Petit point sur le monde

Tout d’abord, le point important et évident qu’il est toujours intéressant de rappeler : votre personnage va interagir avec des personnages venant d’univers différents du sien – sauf si vous avez monté votre équipe exprès. Cela peut être une différence d’année, voire de siècle, ou encore de pays. Il est aussi possible que la divergence touche à la nature même de votre univers : d’un côté, les créatures surnaturelles existent ; de l’autre, non. D’un côté, la reine Victoria est encore au pouvoir ; de l’autre, l’une de ses tentatives d’assassinat a abouti et elle est morte jeune, laissant le sceptre aux mains de son époux.
Aussi, pour que vous puissiez jouer ensemble, vous serez amenés à faire des concessions afin que vos univers se rejoignent. Vous pouvez soit en discuter en amont de la partie ; soit voir ce qui se profile au fur et à mesure et cocréer le monde tout au long de la dynamique du récit.

Il y a des créatures dont les caractéristiques et les capacités font consensus (et encore…). Il y en a d’autres, moins connues, dont le nom nous évoque une image, peut-être une vague impression, sans réels détails (leprechauns, dryades, sélénites…).
Dans ce cas, il est possible au joueur d’inventer des caractéristiques, la nature de la créature, ses forces et ses faiblesses. Gardez à l’esprit qu’un personnage qui n’a que des points forts n’est pas très intéressant comme partenaire de jeu. Si sa nature n’est pas un secret, vous pouvez en discuter avec les autres joueurs en amont de la partie, afin de vous mettre d’accord sur les limites de la créature, de son type (esprit de la nature, ange ou démon, espèce extra ou intraterrestre…) et de l’univers qu’il induit.
Dans tous les cas, une fois que vous avez choisi les spécificités de son espèce, évitez d’en changer – même si c’est vachement tentant pour vous sortir d’un mauvais pas !